09 mars 2011

JOUR DES CENDRES. JOUR DE BANQUET ? BANQUET DES CENDRES

                                                                    


 
                     A celui qui n'est pas content

 
  Si j' ai meurtri ta chair d' un coup de dents cynique,
Toi seul est à blâmer, misérable roquet. Ton bâton et
ton fer sur moi n'ont point d'effet :
Mieux vaudrait t'abstenir de me faire la nique.
  C'est parce que tu m'as traité indignement
Que je tanne ton cuir et te fais ton affaire
Dussé-je choir ensuite et mordre la poussière,
Ta honte désormais s'inscrit dans le diamant.
  Ne va pas dévêtu voler le miel d'avette
Ne mords pas dans mon pain, s'il te casse les dents
Ne sème pas, pieds nus, d'épines dans mon champ.
  Prends garde aux araignées, toi qui n'es qu'un
insecte ;
Ne va pas, souriceau, dans la mare aux reinettes
Et n'étant qu'un poulet, du renard méfie-toi.
  A l'évangile ajoute foi,
Car il le dit et le répète :
Qui sème l'erreur dans nos champs
Récoltera le châtiment.
 
 
 
                                                                                                              Giordano Bruno
 


Posté par Prospero Berowne à 00:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


LA CENA DE LE CENERI

     


                                                  La_cena_de_le_ceneri             


   .. AKA  Le souper des cendres. AKA  Le diner des cendres. AKA  Le banquet des cendres .


    . LE BANQUET DES CENDRES décrit en CINQ DIALOGUES pour QUATRE INTERLOCUTEURS avec TROIS CONSIDERATIONS sur DEUX SUJETS

    .Premier des trois dialogues cosmologiques publiés à Londres en 1584 :

           - Le Souper des cendres

           - De la cause, du principe et de l'un

           - L'infini, l'univers et les mondes

 

  . Ces trois ouvrages, écrits en italien, contiennent la première formulation cohérente des principales thèses physiques et métaphysiques de Giordano Bruno, développées à partir de la pensée de Nicolas Copernic.

    . Bruno expose ses conceptions cosmologiques contre celles d'Aristote et de Ptolémée, et va au-delà de Copernic.

Conception_cosmologique_de_Ptol_m__


  Géocentrisme de l' antiquité repris par Aristote et Ptolémée:

  • la Terre est plate, située au centre du Monde ;
  • les planètes (du grec planeta = errant, ce sont le Soleil, la Lune, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne) tournent autour d'elle, ainsi que les étoiles ;
  • le monde supralunaire est parfait ;
  • le cercle est la figure fermée parfaite, par conséquent les orbites des planètes (supralunaires) doivent être circulaires ;
  • le mouvement circulaire est forcément uniforme (à vitesse constante, c'est parfait) ;
  • ceci est en contradiction flagrante avec les observations ;
  • Ptolémée fait tourner les planètes sur de petits cercles, qui eux-mêmes tournent sur de grands cercles... Il arrive ainsi à reproduire assez corectement les positions des planètes,
  • son système n'explique absolument rien.
  • les comètes ne sont pas des astres, mais des signes divins.

  


   L'Héliocentrisme de Copernic :    

  Le soleil est au centre de l'univers. Tous les astres, dont la Terre,conception_cosmologique_de_Copernic

  tournent autour du soleil.


[Copernic] était un grand esprit, réfléchi, attentif, profond. Un homme à qui aucun astronome antèrieur ne peut ravir la première place, sinon dans l'ordre chronologique. Un homme pour qui le jugement naturel s'est montré fort supèrieur à Ptolémée, à Hipparque, à Eudoxe et à tous les autres qui leur ont emboité le pas. Supèrieur, parce qu'il s'est libéré de certains préjugés et erreurs-pour ne pas dire de l'aveuglement- de la commune et vulgaire philosophie".

 Dans ce premier dialogue du souper des cendres, à la demande de ses hotes, Bruno fait l'éloge du chanoine polonais.Mais précise aussitot:

.." Non qu'il s'en soit écarté de beaucoup: plus porté à étudier la mathématique que la nature, il n'a pu aller si profond ni assez avant pour déraciner entièrement certains inconvénients et vains principes, ce qui lui aurait permis de dénouer parfaitement toutes les difficultés et onjections, en se libérant et libérant les autres d'une foule de vaines recherches, afin de concentrer l'attention sur les choses fermes et sures."

 


Perspective cosmologique de Bruno :

conception_cosmologique_de_Bruno

             La terre n'est pas le centre de l'univers.

             Le soleil n'est pas le centre de l'univers.

             L'univers n'a pas de centre, pas de limites.

             L'univers est infini...

 

 


C'est dans L'infini, l'univers et les mondes que Bruno développera en profondeur cette thèse d'un univers sans limites. Le souper des cendres sera l'occasion pour lui d'affirmer sa dette théorique envers Copernic, et dénoncer les "pédants", l'obscurantisme des docteurs et des universitaires.

 


 

Extrait: Premier Dialogue/ INTERLOCUTEURS : Smitho, Teofilo philosophe ..

 

Smitho. Etaient-ils bons latinistes ?

Teofilo. Oui.

Smitho. Gens de qualité ?

Teofilo. Oui.

Smitho. Honorablement connus ?

Teofilo. Oui.

Smitho. Savants?

Teofilo. De grande compétence.

Smitho. Bien élevés, courtois, polis ?

Teofilo. Trop médiocrement.

Smitho. Docteurs ?

Teofilo. Pardi ! Ouida, pour sur, dame oui. D'Oxford je crois.

 


 

Posté par Prospero Berowne à 00:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :