09 mars 2011

JOUR DES CENDRES. JOUR DE BANQUET ? BANQUET DES CENDRES

                                                                    


 
                     A celui qui n'est pas content

 
  Si j' ai meurtri ta chair d' un coup de dents cynique,
Toi seul est à blâmer, misérable roquet. Ton bâton et
ton fer sur moi n'ont point d'effet :
Mieux vaudrait t'abstenir de me faire la nique.
  C'est parce que tu m'as traité indignement
Que je tanne ton cuir et te fais ton affaire
Dussé-je choir ensuite et mordre la poussière,
Ta honte désormais s'inscrit dans le diamant.
  Ne va pas dévêtu voler le miel d'avette
Ne mords pas dans mon pain, s'il te casse les dents
Ne sème pas, pieds nus, d'épines dans mon champ.
  Prends garde aux araignées, toi qui n'es qu'un
insecte ;
Ne va pas, souriceau, dans la mare aux reinettes
Et n'étant qu'un poulet, du renard méfie-toi.
  A l'évangile ajoute foi,
Car il le dit et le répète :
Qui sème l'erreur dans nos champs
Récoltera le châtiment.
 
 
 
                                                                                                              Giordano Bruno
 


Posté par Prospero Berowne à 00:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


05 mars 2011

..Oh comme on se ment !

 

                                                      dessin_3


 

                                           ..Oh comme on se ment !

 
 
..Oh comme on se ment !
Lorsqu'on fait les joyeux,
Que nous marchons heureux
Enjambant les mendiants..
-Que nous fermons les yeux:
La vérité est vieille,
C'est un spectacle hideux.
Oh comme on se ment,
De se croire vertueux,
Honorables et sérieux.
 
 
Nous ne sommes que des pédants !
Nous mourrons malheureux..
 
Nous mendions du mensonge,
Ne recherchons que lui.
Lui seul nous intéresse
Car lui seul a un prix.
 
Accrochés à la peur,
Nos angoisses dégoulinent.
Il est un pas à faire,
Mais nous cassons le fil.
Nous n'allons nulle part,
Ne faisons pas un mètre,
Redoutant certainement
Cette mort à paraitre..,
Nous sommes si peu de choses
Que nous n'osons l'admettre.
 
Gargarismes historiques,
Grammaires sombres et logiques
Sont le triste menu
De nos mets pathétiques.
En vacances du courage,
Êtres sales et verbeux,
Nous ne sommes pas des hommes,
Nous sommes des coups rageux..,
Inutiles et violents,
Suicidaires et dangereux.
 
Emmurés de mensonges
Aux couleurs de ténèbres,
Nous voilà prêts à tout,
Sauf bien-sur la lumière..
 
Mais lorsque nous quittons,
De manière héroïque,
Cette maison des morts,
Cette triste rubrique,
Nous voilà dans les songes,
Nous voilà fantastiques.
Car dès lors que l'on songe,
Une mens apparait..
C'est même grâce à elle
Que nous pourrons aimer.
 
Oh comme on se ment!,
Bière et shit..
 
Mais quand nous distinguons,
Dans ces tristes mensonges,
La puissance de la mens,
La douceur de nos songes,
Nous voilà prêts a tout,
Prêts à recommencer:
 
Au commencement,
Béréchit...
 
 
                                                           ..P...
 
 
                                                                        mens_humana

 

 


 

 

Posté par Prospero Berowne à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2011

SILENCE !......! ACTION


Je dédis ces insultes à tous les enfoirés:

Ces petits bouts de rien qui ne supportent pas
que l'on puisse avoir faim,
que l'on puisse avoir froid..
 
Au siècle dernier, il y a 26 ans,
Un seul homme s'est levé.
Et il s'est levé tôt,
à une heure où le  froid envahit et soumet,
De nombreuses âmes seules,
D'innombrables affamés.
Il n'a fait que dire "Je",
Puis a fait ce qu'il a dit:

"Moi Je file un rencart à ceux qui non plus rien,
sans idéologie, discours ou baratin".
 
Aussitôt dit, aussitôt fait donc;
Voilà notre Homme parmi eux,
Les vilains et les gueux,
Repoussants nouveaux pauvres,
Différents à jamais.
Des cagettes à l'épaule,
Du concret à offrir,
Redistribuer, répartir..
 
A lui seul il a pu terrasser
L' inaction des puissants.
Compassion,
Indulgence,
La générosité n'est pas un sentiment !
Pas non plus une promesse vertueuse:
Elle est mère du Vrai,
Elle est sœur de l'Action..
 
Et puis les Enfoirés.
Cette meute enragée.
Que de "goût", de sagesse et d'amour
Chez ces hommes et ces femmes,
Si désintéressés..
Nous les connaissons tous,
Acteurs, chanteurs, artistes en tous genres.
Acceptez donc ces noms 
Qui étaient faits pour vous:
 
Eliphaz, Bildad, Cophar...
 
À en croire vos chansons,
vous seriez aujourd'hui une armée.
D'ailleurs vous recrutez:
"Rejoins notre aar-mée".
Une armée n'est-elle pas faite pour la guerre?
Comptez-vous la gagner?
Où sont les champs de bataille?
Nous n'avons eu droit jusqu'ici
Qu'à de de biens tristes chants,
Qui plus est en pagailles.
Vos talents sont vos armes,
Mais sont surtout vos crimes!
De formidables conseils de guerre
Se tiennent chaque année;
On part même en tournée,
On y vend des CD.
..Mais quand il faut s'aider!!!
 
Que trouve-t-on de bon en carré VIP?
Entre coke et champagne,
Peut-on se rassasier?
Quelle salle offre le meilleur catering?
Où doit-on vite retourner?
Où ne faut-il plus aller?
 
Aux restaurants du Cœur?
Vous n'y avez jamais mis les pieds!!
 
-L'objectif était pourtant simple:

"On vous promettra pas
Les toujours du grand soir,
Mais juste pour l'hiver,
 
A MANGER ET A BOIRE
 
...
 
 
                                                                                                             ..P...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Posté par Prospero Berowne à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mars 2011

Ce Souvenir..

 

 

 
jpg
..à mon frère, aux belles X
 
 
 
 
Nous tombâmes tous deux,
Il y a fort long temps,
Près d'un endroit sacré;
Là où les hommes ne mettent qu'un pied
Ne font qu'un pas.
 
Nous y plongeâmes avec force,
Héroïques et farouches.
 
L'accident était là, prêt à nous recevoir.
Rejoindre le destin, telle était notre voie..
On ne sait trop comment,
Ni pour quoi,
La force du destin nous donna en partage nos actions,
Nos devoirs,
Nos 248, nos 365.
 
Plongés donc à présent
Dans ce chaudron bouillant,
Ton réflexe de vie,
Ô mon frère, mon Ami
Fut d'ouvrir cette bouche,
généreuse et bruyante.
 
Maintenant tu es fort,
Maintenant tu es vie.
Et c'est pareil pour moi;
Nous sommes frères de nom,
Nous sommes frères de force
Et partageons la Vie..
Nous sommes frères et donc Hommes;
Côtoyant l'idée fixe,
Mais ne lui cédant rien,
Nous,
Conjurons les prémisses
Et chassons les pédants.
 
Mon frère, dis-moi le gout de la potion magique,
Je t'indiquerai celui d'une pensée magique..
 
 
 
 
 
      
 
Procurez-vous Windows Live Mail pour créer vos messages photo.

Posté par Prospero Berowne à 07:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]